Benoîte Rousseau de Sevelinges, directrice du Centre Hospitalier Princesse Grace (CHPG), a déclaré cette semaine que l'hôpital avait fait ses preuves pendant la pandémie de coronavirus en étant "un établissement réactif, efficace, doté de capacités technologiques et surtout humaines".

Maintenant que la pandémie a reculé, le CHPG s'est attaqué au problème du manque de personnel, a-t-elle déclaré ; "Pendant ces presque trois années, la Principauté a pu compter sur un hôpital solide, dont l'agilité a été décisive pour le maintien des activités économiques et sociales".

D'une part, les salaires ont été augmentés pour rendre le travail au CHPG plus attrayant, tandis que les médecins peuvent désormais choisir de prendre leur retraite à 60 ans et les infirmières entre 55 et 60 ans.

Récemment, le ministre de la santé et des affaires sociales, Jean-Christophe Robino, a déclaré que certains services de l'hôpital introduisaient la semaine de quatre jours, afin de résoudre des problèmes tels que les déplacements et le stationnement.

L'hôpital a mis en place un certain nombre d'unités spécialisées : Un pôle prostate, un pôle pelvien et un pôle thyroïde. Le même modèle sera également déployé en 2023 sur des pathologies complexes : l'endométriose, les accidents ischémiques transitoires - précurseurs des AVC, pour lesquels l'hôpital ne dispose pas d'unité spécialisée - et les pathologies rachidiennes.

Au cours des trois dernières années, de généreux donateurs et le Gouvernement Princier ont permis au CHPG d'investir 20 millions d'euros dans des équipements biomédicaux. Il s'agit notamment du renouvellement d'un robot chirurgical et de l'acquisition d'un second, d'une plateforme de cardiologie interventionnelle combinant les avantages de la 3D et de la magnétisation, et de l'acquisition d'un HI-FU pour le traitement des fibromes, a précisé Benoîte Rousseau de Sevelinges.

Grâce à un généreux donateur et ses 1,8 millions d'euros en 2022, les services d'urgences adultes et pédiatriques seront regroupés au printemps dans des locaux plus fonctionnels.

Dans son discours, S.A.S. le Prince Albert a salué le dévouement et le professionnalisme du personnel hospitalier pendant la crise sanitaire. "Pendant les longues semaines d'enfermement, nous vous avons applaudis tous les soirs à 20 heures et peut-être avez-vous craint d'être ensuite oubliés, relégués au second plan. Ce n'est évidemment pas le cas", a-t-il déclaré, ajoutant que la santé reste un pilier majeur de l'attractivité de la Principauté.

"Il est essentiel que notre hôpital et nos maisons de retraite aient les moyens [financiers et technologiques] de relever les défis qui s'imposent à eux dans un secteur en perpétuelle évolution. A cet égard, la rénovation et l'extension d'un hôpital en activité constituent une véritable prouesse et posent, j'en suis conscient, de nombreuses difficultés tant pour le personnel que pour les patients et les familles". Le Souverain a ajouté que face aux cyber-attaques visant les établissements de santé, il est nécessaire "d'investir dans des systèmes d'information capables de résister".

Benoîte Rousseau de Sevelinges. Directeur du Centre Hospitalier Princesse Grace Service de Presse du Gouvernement de Monaco